sis-commits mailing list archives

Site index · List index
Message view « Date » · « Thread »
Top « Date » · « Thread »
From desruisse...@apache.org
Subject svn commit: r1713273 - /sis/site/trunk/book/fr/referencing.html
Date Sun, 08 Nov 2015 17:35:27 GMT
Author: desruisseaux
Date: Sun Nov  8 17:35:27 2015
New Revision: 1713273

URL: http://svn.apache.org/viewvc?rev=1713273&view=rev
Log:
Added more content to the sis-referencing chapter.

Modified:
    sis/site/trunk/book/fr/referencing.html

Modified: sis/site/trunk/book/fr/referencing.html
URL: http://svn.apache.org/viewvc/sis/site/trunk/book/fr/referencing.html?rev=1713273&r1=1713272&r2=1713273&view=diff
==============================================================================
--- sis/site/trunk/book/fr/referencing.html (original)
+++ sis/site/trunk/book/fr/referencing.html Sun Nov  8 17:35:27 2015
@@ -73,8 +73,8 @@
         Elles ont souvent des erreurs de quelques mètres qui ne sont pas dues à des
limites de la précision des ordinateurs.
         Ces erreurs découlent du fait que la transformation utilisée n’est qu’une
approximation d’une réalité plus complexe.</p>
         <div class="example"><p><b>Exemple:</b> les changements de
référentiels tel que le passage de la
-        « Nouvelle Triangulation Française » (<abbr>NTF</abbr>) vers
le
-        « Réseau Géodésique Français 1993 » (<abbr>RGF93</abbr>),
+        <cite>Nouvelle Triangulation Française</cite> (<abbr>NTF</abbr>)
vers le
+        <cite>Réseau Géodésique Français 1993</cite> (<abbr>RGF93</abbr>),
         même lorsque la méthode de projection cartographique (Lambert conique conforme)
ne change pas.</p>
         </div>
       </li>
@@ -107,10 +107,93 @@
     </p>
 
     <h3 id="Ellipsoid">Géoïde et ellipsoïde</h3>
-    <p>TODO</p>
+    <p>La surface topographique réelle étant difficile à représenter mathématiquement,
elle n’est pas utilisée directement en cartographie.
+       Une autre surface un peu plus facilement utilisable est le géoïde,
+       une surface sur laquelle la force gravitationnelle a partout la même valeur (surface
équipotentielle du champ de gravité terrestre).
+       Cette surface est en tout point perpendiculaire à la direction indiquée par
un fil à plomb (verticale du lieu).
+       Le géoïde coïnciderait avec le niveau moyen des mers s’il n’y avait
ni vent ni courants marins permanents comme le Gulf Stream.
+    </p><p>
+       Tout en étant nettement plus lisse que la surface topographique,
+       le géoïde présente des creux et des bosses liés à l’inégale
distribution des masses de la Terre.
+       Pour une utilisation mathématiquement plus aisée, le géoïde est donc approximé
par un ellipsoïde.
+       Cette « figure de la Terre » est représentée dans GeoAPI par l’interface
<code>Ellipsoid</code>,
+       qui constitue un élément fondamental des systèmes de références de
type <code>GeographicCRS</code> et <code>ProjectedCRS</code>.
+       Plusieurs dizaines d’ellipsoïdes sont couramment employés, certains offrant
une excellente approximation pour une région précise
+       au détriment des régions pour lesquelles l’ellipsoïde n’a pas été
conçu, et d’autres offrant un compromis pour l’ensemble de la planète.
+    </p>
+    <div class="example"><p><b>Exemple:</b>
+      au début du XX<sup>e</sup> siècle aux États-Unis, l’état
du Michigan utilisait pour ses cartes un ellipsoïde basé
+      sur l’ellipsoïde « Clarke 1866 » mais auquel la longueur des axes a été
allongée de 800 pieds.
+      Cette modification visait à tenir compte du niveau moyen de l’état au dessus
du niveau de la mer.</p>
+    </div>
 
-    <h3 id="ReferenceSystem">Référentiel</h3>
-    <p>TODO</p>
+    <h3 id="GeodeticDatum">Référentiel géodésique</h3>
+    <p>
+      Pour définir un système géodésique dans un pays, l’état met en
place un ellipsoïde de référence
+      qui épouse au mieux sur l’ensemble du pays la forme locale du géoïde.
+      L’écart entre cet ellipsoïde de référence et les creux et les bosses
du géoïde reste généralement inférieur à 100 mètres.
+      Les paramètres qui permettent de lier un <code>Ellipsoid</code> à
la surface de la Terre (par exemple la position de son centre)
+      sont encapsulés dans un objet de type <code>GeodeticDatum</code>, que
l’on traduit en français par « référentiel géodésique ».
+      Plusieurs <code>GeodeticDatum</code> peuvent utiliser le même <code>Ellipsoid</code>,
mais centré ou orienté différemment.
+    </p><p>
+      Avant l’avènement des satellites, les mesures géodésiques se déroulaient
exclusivement à la surface de la terre.
+      En conséquence, deux îles ou continents qui ne sont pas à portée visuelle
l’un de l’autre n’étaient pas rattachés géodésiquement entre eux.
+      Ainsi les référentiels <cite>North American Datum 1983</cite> (<abbr>NAD83</abbr>)
et <cite>European Datum 1950</cite> (<abbr>ED50</abbr>) sont indépendants
l’un de l’autre:
+      leurs ellipsoïdes de référence ont des centres distincts et des dimensions
différentes.
+      Une même coordonnée géographique correspondra à des positions différentes
dans le monde réel
+      selon que la coordonnée se réfère à l’un ou l’autre de ces référentiels.
+    </p><p>
+      L’invention du <abbr title="Global Positioning System">GPS</abbr>
a précipité la création d’un système géodésique mondial,
+      nommé <abbr title="World Geodetic System 1984">WGS84</abbr>.
+      L’ellipsoïde de référence est alors unique et centré au centre de
gravité de la terre.
+      Les <abbr>GPS</abbr> donnent à tout moment la position absolue du récepteur
rapportée à ce système géodésique.
+      Mais <abbr>WGS84</abbr> étant un système mondial, il peut diverger
significativement des systèmes locaux.
+      Par exemple l’écart entre <abbr>WGS84</abbr> et le système européen
<abbr>ED50</abbr> est de l’ordre de 150 mètres,
+      et l’écart moyen par rapport au système de l’île de la Réunion
1947 est de 1,5 kilomètres.
+      Il ne faut donc pas rapporter aveuglement des positions <abbr>GPS</abbr>
sur une carte.
+      Des correspondances avec les systèmes régionaux peuvent être nécessaires
+      et sont représentées dans GeoAPI sous forme d’objets de type <code>Transformation</code>
+      (une classe d’opérations mentionnée dans l’<a href="#Referencing">introduction
de ce chapitre</a>).
+    </p><p>
+      Les généralisation de l’usage du système <abbr>WGS84</abbr>
tend à réduire le besoin d’utiliser
+      les objets <code>Transformation</code> pour les données récentes,
mais ne l’élimine pas complètement.
+      La Terre bouge sous l’effet de la tectonique des plaques et de nouveaux systèmes
sont définis chaque année pour en tenir compte.
+      Même le système <abbr>WGS84</abbr>, sensé correspondre à une
définition à un instant donné,
+      a subit des révisions dues notamment à l’amélioration de la précision
des instruments.
+      Ainsi il existe aujourd’hui au moins six versions de <abbr>WGS84</abbr>,
avec des écarts entre elles allant jusqu’à 7 centimetres.
+    </p>
+    <article>
+      <header>
+        <h1>Bibliothèques de type « early binding » versus « late binding
»</h1>
+      </header>
+      <p>
+        Le caractère universel du système <abbr>WGS84</abbr> rend tentante
l’idée de l’utiliser comme système pivot,
+        afin de simplifier l’implémentation d’une bibliothèque de transformation
de coordonnées.
+        La transformation d’une coordonnées d’un référentiel <var>A</var>
vers un référentiel <var>B</var>
+        pourrait se faire en transformant d’abord de <var>A</var> vers <abbr>WGS84</abbr>,
puis de <abbr>WGS84</abbr> vers <var>B</var>.
+        Il suffirait ainsi de stocker dans chaque objet <code>GeodeticDatum</code>
les informations nécessaires à la transformation vers <abbr>WGS84</abbr>.
+        Cette approche était encouragée dans la version 1 du format <abbr>WKT</abbr>,
qui définissait un élément <code>TOWGS84</code> remplissant ce rôle.
+      </p><p>
+        Cette approche est désignée par <abbr>EPSG</abbr> sous le nom de
« early binding »,
+        car elle associe des informations sur la transformations de coordonnées très
tôt dans la définition des objets géodésiques.
+        Bien que <abbr>EPSG</abbr> reconnaisse que cette approche soit couramment
employée, elle n’est pas recommandée pour plusieurs raisons:
+      </p>
+      <ul>
+        <li>Il existe parfois plusieurs transformations allant d’un référentiel
<var>A</var> vers <abbr>WGS84</abbr>,
+            chacune étant plus précise pour une région géographique donnée.
+            Par exemple il existe une cinquantaine de transformations de <abbr>NAD27</abbr>
vers <abbr>NAD83</abbr>.</li>
+        <li>Certaines opérations sont conçues spécifiquement pour transformer
de <var>A</var> vers <var>B</var>
+            et n’ont pas la même précision qu’aurait une autre transformation
faisant un détour par <abbr>WGS84</abbr>.</li>
+        <li>Il existe d’autres systèmes globaux qui pourraient servir de pivot,
par exemple le <cite>Galileo reference frame</cite> (<abbr>GTRF</abbr>)
+            mis en place par le concurrent européen du <abbr>GPS</abbr>. Et
<abbr>WGS84</abbr> lui-même subit parfois des révisions.</li>
+      </ul>
+      <p><abbr>EPSG</abbr> recommande plutôt d’utiliser une approche
dite « late binding »,
+        selon laquelle les paramètres nécessaires aux transformations de coordonnées
sont définis pour des paires de
+        référentiels « <var>A</var> vers <var>B</var> »
plutôt qu’associés à des référentiels pris isolément.
+        Apache <abbr>SIS</abbr> est une implémentation de type « late binding
»,
+        bien que quelques réminiscences de l’approche « early binding » existe
toujours
+        sous la forme de la propriété <code>DefaultGeodeticDatum.getBursaWolfParameters()</code>.</p>
+    </article>
 
     <h3 id="CoordinateSystem">Systèmes de coordonnées</h3>
     <p>TODO</p>



Mime
View raw message